atelier d'architectes

3 associés

nicolas delachaux architecte epfl/sia

denis glatz architecte hes

joao-paulo magalhaes architecte hes

un centre de compétence en milieu aquatique

Maison de la rivière, centre de compétence en gestion et renaturation des milieux aquatiques

Centre de compétence en milieu aquatique Maison de la rivière Tolochenaz
1. 2.
Centre de compétence en milieu aquatique Maison de la rivière Tolochenaz
3. 4.
Centre de compétence en milieu aquatique Maison de la rivière Tolochenaz
5.
Centre de compétence en milieu aquatique Maison de la rivière Tolochenaz
6.

(1, 4) Aquarium du lac.
(2, 3) Bardage en bois anciens récupérés ou nouveaux prégrisés.
(5) Autre bâtiment les pieds dans l’eau, la célèbre villa Le Lac, une icône du patrimoine moderne, construite entre juillet et décembre 1924 par Le Corbusier et son cousin Pierre Jeanneret.
(6) L’entrée du site de la Maison de la Rivière.

La volonté de la Fondation de la Maison de la Rivière a été de créer un projet pluridisciplinaire autour des milieux aquatiques et des espèces indigènes qui leur sont inféodées, en respectant les principes de développement durable.

Aux trois axes de développement : recherche, éducation à l’environnement et valorisation du patrimoine correspondent trois bâtiments. Le principal, ancien arsenal de la Ville de Morges, accueille les visiteurs, les chercheurs et l’administration. L’annexe technique capte les énergies renouvelables pour garantir le respect de l’environnement. Le petit bâtiment annexe est un ancien couvert dans lequel sont venus s’insérer une pêcherie, un logement d’intendance, des chambres d’étudiants et des bureaux pour start-up.

Le défi aura été de faire passer une rivière au travers du bâtiment principal, d’y faire entrer un sous-marin et de conserver l’esprit du lieu. Les bâtiments se sont ainsi transformés en « arbres », le bois naturel à l’intérieur répondant au gris de leur « écorce », plantés au milieu d’une clairière, dont les étangs sont alimentés par leurs toitures.

Poudrière du XIXe siècle dont le mur d’enceinte protégeait des éventuelles explosions, le bâtiment principal retrouve une nouvelle vie, protégeant aujourd’hui encore la nature, de manière plus préventive.